Traçabilité - Container de Marchandises, suivi des camions de livraison. People using Mobile phone and illustration connectivity to control truck fleet GPS with container depot shipping industry logistics background.

La géolocalisation est en passe de devenir un prérequis dans le e-commerce. Selon un baromètre GS1 – OpinionWay paru en juillet, 24% des personnes interrogées ont en effet l’intention d’utiliser la livraison géolocalisée. C’est 2 fois plus qu’en 2018 ! Mais ces dernières années ont également vu naître de nombreuses innovations en matière de traçabilité : Sigfox, Capturs, Styckr ou encore Everysens. Ces sociétés vantent non seulement une visibilité totale et instantanée, mais aussi pour certaines, la possibilité d’intégrer des capteurs afin de surveiller les chocs, physiques et/ou de température, et même de surveiller les niveaux. Pour autant, faut-il forcément adopter ces technologies prometteuses afin de garder ou conquérir des avantages concurrentiels ?

Garder son bon sens

La première question à se poser avant de s’équiper est sans doute celle du bon sens… et donc celle du coût. À l’unité, les balises dont nous parlons peuvent effectivement coûter entre 3 et 50 euros. Voilà un montant qui pousse nécessairement à la réflexion ! En effet, le produit tracé doit avoir suffisamment de valeur pour qu’une traçabilité aussi pointue soit nécessaire. Dans le secteur pharmaceutique, par exemple, une cargaison de vaccins peut valoir jusqu’à plusieurs millions d’euros. Une rupture de la chaîne du froid ou encore des chocs trop importants peuvent rendre caduque l’ensemble de la marchandise. Surveiller de près le chargement, le transport et la livraison n’est donc pas inutile. La balise étant posée sur le contenant et non sur le contenu, l’expéditeur peut la récupérer et la réutiliser. Néanmoins, on peut penser que le prix unitaire viendra à baisser dans les prochaines années, si le volume commandé est suffisant.

Que faire de l’information collectée ?

Autre interrogation, que faire des informations captées ? L’une des motivations est d’identifier la responsabilité en cas de sinistre. Mais ces données envoyées en temps réel peuvent également permettre de trouver une solution pour compenser l’avarie : rattraper le retard, effectuer une 2nde expédition, etc. , mais aussi informer les différents acteurs tout au long de la chaîne, ainsi que le client final. Il ne faut pas oublier de mesurer ce que cela coûterait sans cet outil de traçabilité améliorée, en gardant en tête la raison pour laquelle on l’utilise… Le « pourquoi » est le meilleur guide pour faire son choix. IoT, Intelligence Artificielle, Big Data… un horizon de possibilités s’ouvre. Attention toutefois : la techno pour la techno, ne peut pas être l’eldorado !